Facebook se prend (encore) une amende pour avoir menti lors du rachat de WhatsApp !

Facebook se prend amende sur amende cette semaine !
Ecrit par

Deux jours après s'être pris une amende de 150 000 euros, Facebook va devoir repasser par la case banque : cette fois, l'U.E lui demande de payer 110 millions d'euros à cause d'un gros mensonge.

Décidément, il est temps que cette semaine se termine pour la firme de Mark Zuckerberg parce qu'elle va commencer à coûter cher ! Il y a quelques heures, la rédac' de meltyStyle vous faisait savoir que Facebook venait d'être condamné à 150 000 euros d'amende en France, à cause de l'exploitation douteuse des données de ses utilisateurs, entre autres. Alors que Facebook a récemment intégré les réactions dans les commentaires, on avait alors bien une idée de celle que le PDG du réseau social leader dans le monde aurait pu utiliser : on mise sur le pouce en bas. Ou, plutôt, on misait car, aujourd'hui, c'est sûrement l'émoji rouge de colère que les dirigeants de la firme aimeraient utiliser : et oui, Facebook vient encore de se prendre une amende aujourd'hui. Et d'un montant nettement moins sympa, celle-là. En effet, la Commission européenne vient de condamner ce jeudi 18 mai Facebook à payer une amende de 110 millions d'euros pour avoir menti lors du rachat de WhatsApp.

facebook, messenger, milliard, téléchargement, android, play store, application, record, snapchat
Facebook se prend amende sur amende cette semaine !

Plus précisément, il est reproché au réseau social d'avoir fourni des renseignements inexacts pendant l'enquête de l'Union Européenne concernant son rachat de WhatsApp, en 2014. A cette époque, Facebook avait en effet affirmé qu'il ne pouvait pas fusionner automatiquement les comptes de ses utilisateurs avec ceux de WhatsApp. Sauf que la firme s'est grillée d'elle-même en 2016, en faisant exactement cette opération censément impossible qui a permis au réseau social de Mark Zuckerberg de récupérer le numéro de téléphone des utilisateurs de WhatsApp (à moins de connaître l'astuce pour dire non, qui consiste à décocher une petite case dans les conditions générales d'utilisation). Et impossible d'essayer de bluffer la Commission, celle-ci a la preuve que "les employés de Facebook étaient au courant" dès 2014 de cette possibilité de fusion. Il va falloir passer par la case banque Facebook, sinon ça finira par être la case prison !

Crédit : Google Images


0 commentaire