Mohcine Aoki : "Instagram pousse à l'achat de sneakers au Maroc" (Exclu) 

Mohcine est toujours à la pointe de la mode
Ecrit par

En France, les blogueurs mode ont envahi la toile. Ce phénomène s'étend jusqu'au Maroc où certains noms commencent à émerger. C'est notamment le cas de Mohcine Aoki qui est en train de mettre tout le monde d'accord.

Longtemps contestés, les blogueurs mode ne laissent plus personne indifférent. Aujourd'hui, ils nous aiguillent sur toutes les tendances et nous font rêver à coups de clichés et de looks bien soignés. Invités VIP lors des Fashion Week, ils ont même commencé à faire de l'ombre aux acteurs ou mannequins en tant qu'égéries de certaines marques. Mais si le fashion blogging peut rapporter gros en Europe, ce “métier” a encore du mal à s'affirmer sous d'autres cieux. Mais cela n'empêche pas certains jeunes de soigner leurs looks aussi bien que leurs photos. C'est notamment le cas au Maroc de Mohcine Aoki, un jeune blogueur bourré de talents. Interview

meltyStyle : D'où t'es venu la passion du métier de blogueur lifestyle ?

Mohcine Aoki : Quand j'étais petit et avant même de découvrir le fashion blogging, j'aimais bien me saper. Les mecs de mon âge, à l'époque, achetaient des jeux vidéos ou des vélos alors que de mon côté, je n'achetais que des vêtements. Et avec l'arrivée d'Internet, j'ai découvert quelques blogueurs français qui m'ont poussé à développer mes recherches sur le milieu. J'ai commencé à m'intéresser vraiment au fashion blogging à partir de 2007. Mais à l'époque, il n'y avait pas d'Instagram ni de Snapchat. Donc c'était plus compliqué. Et en s'inspirant du style de certains blogs internationaux, je me suis confronté à certaines traditions qui étaient encore ancrées dans la société marocaine. Avant, on ne pouvait pas mettre de jean slim. On ne pouvait pas porter un t-shirt moulant ou, s'afficher tout simplement avec un chapeau. Heureusement, la situation a rapidement évolué grâce à Internet. Je peux aujourd'hui mettre ce que je veux, sans problèmes. Donc tout s'est fait petit à petit et de manière naturelle, pour moi...

gel lyte 3,asics,sneakers,mohcine aoki,fashion blogger,interview,air max 1 albert heijn,maroc,mode
Mohcine a souvent l'occasion de tester en avant-première des sneakers

mS : Aujourd'hui, tu testes plusieurs paires et tu as la possibilité de les découvrir en avant-première. Qu'est-ce que ça te fait ?

MA : Cela me fait énormément plaisir et c'est un honneur que des marques me fassent confiance. De mon côté, j'essaie d'aiguiller les gens et mes followers en leur donnant des informations sur l'historique de la sneaker par exemple et sur mon ressenti avec la paire et cela me permet, aussi, d'être à la page et de connaitre les dernières nouveautés, en matière de release

mS : Quel est ton plus beau souvenir en tant que bloggeur ?

MA : Je pense que le plus beau souvenir de ma jeune carrière est une interview avec le site lookbook.nu. A l'époque et bien avant l'arrivée d'Instagram, c'était le site numéro 1 en matière de mode et de street style. Ils m'ont interviewé en tant que blogueur africain et par la suite, je suis tout simplement passé du statut d'amateur à celui de professionnel. Les marques ont commencé à me proposer des partenariats et tout s'est enchaîné rapidement.

mohcine aoki,mohcine harris ,fashion blogger,maroc,nike,lacoste,boost,adidas
Mohcine Aoki a pas moins de 28.000 followers sur Instagram

mS : Que penses-tu de la culture streetwear au Maroc ? Est-ce que le pays a sa propre identité artistique ou esthétique ?

MA : On est encore dans le stade embryonnaire. Quand je sors dans la rue, je suis des fois le seul à arborer une tenue qui tranche avec les looks des différentes personnes. On peut bien sûr croiser des personnes stylées ou raffinées mais, il est très rare de rencontrer quelqu'un ayant opté pour une tenue complètement décalée... Personnellement, quand je m'habille, j'essaie de transmettre un message avec mon style vestimentaire. Ce n'est pas encore le cas du marocain lambda, malheureusement. Du coup, je ne trouve pas qu'il y ait encore une vraie identité artistique chez les marocains. Rares sont les personnes qui vont intégrer l'habit traditionnel à leur style vestimentaire. Mais dans l'ensemble, tout le monde s'habille selon les tendances, que ce soit pour une pièce originale ou imitée. .

mS : Et la culture sneakers, elle existe ?

MA : Encore une fois, c'est Instagram qui pousse à l'achat des sneakers au Maroc. Les gens identifient des paires sur ce réseau social. Ils essaient de se saper en suivant les tendances, même si les contrefaçons sont plus facilement accessibles. Aujourd'hui, on trouve rarement les vraies versions des dernières sneakers qui ont vu le jour, même si les gens sont prêts à les acheter. Et il faut savoir que les différents stores au Maroc proposent rarement les dernières nouveautés dans leurs rayons. Il faut parfois attendre une année pour trouver la paire tant convoitée.

mohcine aoki,steetwear,fashion blogger,mode,maroc,sneakers,asics gel lyte evo
Le designer marocain Mohcine Aoki est toujours sur son 31

mS : On sait que t'es un petit sneakers addict. Mais quelle est ta paire préférée ?

MA : Ma paire préférée est la Nike Air Max 1 Albert Heijn. Cette paire rarissime fait aussi tourner la tête à beaucoup de mes potes qui n'ont toujours pas réussi à la shopper. Personnellement, j'aime bien la gamme Air Max avec son design futuriste et à la pointe de la technologie. C'est une basket qui se démarque naturellement des autres sneakers. Chez adidas, j'aime bien les nouvelles paires avec la semelle Boost.

mS : Et parmi les sneakers que t'as pu tester en 2016, quelles sont les 3 paires qui t'ont marqué ?

MA : Oui, j'ai testé des paires assez cool en 2016. Si je devais retenir les paires les plus confortables parmi tout ce que j'ai pu tester, ce serait la Nike Air Max 1 Ultra Flyknit et la Nike Presto Ultra Flyknit. Quant à la paire la plus audacieuse, c'est la collab' adidas x Rick Owens qui m'a bluffé cette année. Enfin, les paires les plus audacieuses sont sans doute les Stan Smith d'adidas et les Air Max Plus de Nike

mS : En matière de vêtements ou de sneakers, quelle est la collab' que tu espères faire en 2017 ?

MA : Je rêve depuis longtemps de collaborer avec Lacoste. Et j'espère que cela va se concrétiser en 2017 inchallah

mS : Enfin, d'un point de vue personnel, quels sont tes objectifs sur court et moyen terme ?

Mohcine Aoki : J'ai travaillé, il y a quelques temps, dans une galerie d'art. Et par la suite, j'ai lancé ma propre société, Microbe Entertainment. Je bosse sur des projets qui seront concrétisés en 2017. Concrètement, j'aimerais bien bosser dans une plateforme avec des influenceurs à la Highsnobiety ou à la Hypebeast, en faisant des unboxing de sneakers avec le dialecte marocain. Le Maroc est peut-être le premier pays africain en terme d'utilisateurs sur Internet mais, on n'en profite pas vraiment. C'est surtout un moyen de divertissement... Du coup, j'ai eu envie de me lancer sur ce projet d'unboxing. Et par la suite si tout va bien, j'aimerais bien créer ma marque de vêtements.

Crédit : mohcine aoki


0 commentaire