Quand Donald Trump confond la date des attentats avec une chaîne de fast-food, ça pique

Donald Trump se trompe de date concernant les attentats de 2001
Ecrit par

Donald Trump est peut-être entrain de grapiller des voix dans tous les Etats-Unis, mais s'il n'est même pas capable de retenir l'une des dates les plus historiques de son pays, ça s'annonce mal non ? En tout cas, ça a fait un petit coup de pub au fast-food Seven Eleven.

Le destin de Donald Trump semble irrémédiablement lié au fast-food. Après qu’un restaurant ait lancé un burger à son nom, le candidat aux présidentielles américaines vient de confondre la date des attentats qui a frappé le World Trade Center en 2001 avec une célèbre chaîne de fast-food. Alors s’il est entrain de gagner dangereusement sa place pour les élections présidentielles américaines, Donald Trump semble avoir encore des petites lacunes question “histoire-géo”. En effet, depuis hier le monde n’a retenu de son discours à Buffalo, que l’énorme gaffe qu’il a faite. Présent pour sa campagne dans l’Etat de New-York (dans lequel il a remporté 60% des voix malgré tout), le candidat républicain a réussi à écorcher la mémoire de la ville, et d’un pays entier en une seule phrase : pour évoquer les attentats qui ont frappé la “Grosse Pomme” en 2001 il a déclaré “J’ai écrit quelque chose et cela me tient beaucoup à coeur. Parce que j’étais là-bas et j’ai vu notre police et nos pompiers ce 11 juillet en bas du World Trade Center, juste après qu’il se soit effondré. Et j’ai pu voir les meilleures personnes que je n’ai jamais vues en action”.

Les twittos le prennent pour un idiot
Certains imaginent si Obama avait fait cette erreur...
D'autres préfèrent en rire

Oui, vous aussi ça vous a fait mal aux yeux. Le malheureux a situé les attentats en plein mois de Juillet alors qu’ils se sont déroulés (comme tout le monde s'en souvient) en Septembre. La moquerie réside dans le fait que “11 Juillet” se dit en anglais “Seven Eleven”, et que ce nom désigne aussi une célèbre chaîne de fast-food américaine "7 Eleven". Alors si ses partisans n’ont pas relevé la bourde et ont tout de même applaudis en cœur à la fin de son speech, la toile s’est évidemment horrifiée devant un tel affront, et d'autres se sont bien foutus de lui. Alors, les américains seront-ils prêts à élire un homme qui n'attache pas grande importance aux blessures qui ont forgé son pays ? Réponse dans quelques mois.

Source : Twitter - Crédit : Twitter, Tns/abaca


2 commentaires