Yassine Morabite : "J'ai marocanisé la Stan Smith pour offrir aux gens des sneakers originales" (Exclu)

Ecrit par

Il vient de collaborer avec adidas Originals pour revisiter la Stan Smith au Maroc. Lui, c'est Yassine Morabite, un designer marocain qui a bien voulu nous accorder une interview. On a pu parler de ses customisations de sneakers mais aussi, de ses bombers ulta-stylés.

Avec son look bien à lui, il ne laisser personne indifférent. Lui, c'est Yassine Morabite, un designer marocain qui détonne avec ses créations inédites. Récemment, il a carrément collaboré avec la marque aux trois bandes pour marocaniser l'emblématique Stan Smith, à l'occasion de l'ouverture d'un concept store adidas Originals (qui va investir Paris pour la sortie de la nouvelle collection EQT). Et le moins que l'on puisse dire c'est que le résultat est épatant. Mais avant de collaborer avec ce géant du sportswear, l'homme aux cheveux longs s'est fait un petit nom dans le milieu de la mode grâce à ses bombers bien travaillés. Bref, tout cela a poussé meltyStyle à partir à la rencontre de ce dessinateur hors-pair. 

meltyStyle :  Tu es en train de mettre tout le monde d'accord avec tes créations. Mais d'où vient ta passion pour la mode ?

Yassine Morabite : J'ai hérité de mon père cette passion. Il m'a initié à ce domaine et a été le premier témoin de mes débuts. Mon père était couturier et travaillait sur des commandes de sur-mesure. Que ce soit dans la conception ou dans la finition, son travail a toujours était précis. Chaque fois qu'il me prenait avec lui à l'atelier, je m'amusais à découper les tissus, façonner les modèles inachevés, imaginer des coupes, et c'est comme ça que j'ai commencé, petit a petit, à me construire mon propre univers et plus tard prendre ce travail et cette passion au sérieux.

#styleyouricons #yassinemorabite #adidasoriginals #yassinemorabitexadidasoriginals

Une photo publiée par yassine morabite (@yassine.morabite) le

mS : Quels sont les designers qui t'ont influencé ?

YM : J'ai été influencé essentiellement par mon père. C'est avant tout grâce a lui que j'ai développé cet intérêt et cette passion puis, au Maroc, je trouve des zones d'inspiration dans les univers de Hassan Hajjaj et Amine Bendriouich. Au niveau de la scène internationale, j'ai grandi en m’intéressant aux travaux de John Galliano et Alexander McQueen, entre autres.

mS : Tu as eu l'occasion de collaborer avec adidas Originals, comment ça s'est fait ? 

YM : Adidas m'a contacté via une agence de communication qui opère á Casablanca. C'était, à mes yeux, un vrai défi que j'ai accepté sans la moindre hésitation, alors que c'était la première fois que j'allais collaborer avec un outfitter international. Adidas Originals est un esprit et seuls les adeptes de la marque s'y reconnaîtront.

yassine morabite,stan smith ,adidas originals ,maroc,interview,designer,créateur,sneakers,custom,personnalisation

mS : Customiser les sneakers, ça te plaît ?

YM : Effectivement.  La base c'est ''relooker'' et je m'amuse dans ce jeu. La customisation des Stan Smith m'est venue à l'esprit, l'été dernier, lors d'un déplacement professionnel, à Paris. J'ai vu que plusieurs personnes chaussent les mêmes Stan Smith, mais sans une touche propre au lieu. Je me suis dit qu'au Maroc, ce sera sans doute la même chose, donc autant créer quelque chose de différent. J'ai essayé de les "marocaniser" pour offrir aux gens des chaussures "originales", qui leur permettraient de s'identifier à leurs cultures. Quand ils seront á Londres, Paris, ou une autre capitale, ils seront les seuls á les porter. J'ai donc voulu rester authentique, tout en épousant la tendance.

#styleyouricons #yassinemorabite #adidasoriginals #yassinemorabitexadidasoriginals

Une photo publiée par yassine morabite (@yassine.morabite) le

mS : Quelle est ta paire préférée ? 

YM : Ma paire préférée est la Adidas Handball Spezial. D'ailleurs, je me suis procuré une paire, l’été dernier, à Paris. Je l'ai repérée dans un store vintage, j'ai craqué tout de suite. 

mS : Tu as aussi créé ta propre marque de vêtements, peux-tu nous en dire plus ?

YM : J'ai lancé la marque Zaz Louz avec deux autres associés en 2014, à  Casablanca. Malheureusement, le projet n'a pas abouti à cause de divergences de points de vue entre mes deux ex-collaborateurs. Face à ce constat, j'ai pensé à me lancer seul dans le milieu pour avoir le contrôle total de la machine.

yassine morabite,bomber,création,designer,adidas originals,inspiration berbère ,maroc,mode,streetwear

mS : Tu ré-inventes des incontournables du style à ta sauce, comme on a pu le voir avec ton bomber bleu façon berbère, peux-tu nous en dire plus ? 

YM : Effectivement. Notre patrimoine, notre histoire et nos différences font du Maroc un pays riche, ethniquement et culturellement. Crois-moi, j’ai rencontré des gens qui envient ce caractère unique qu'on retrouve au Royaume. Concernant ma nouvelle collection Amazigh Power, j'ai été inspiré par les tapis traditionnels de Marrakech. J'ai dû rajouter quelques touches après la sortie du prototype. J'attaquerais dans les semaines qui suivent l’étape de la production.

Merci @hitradioma #Bombers #goldorak #limited #series #yassinemorabite

Une photo publiée par yassine morabite (@yassine.morabite) le

mS : Tu as lancé des bombers à l'effigie de Goldorak et "Le tigre, l'invincible masqué", quels sont les retours que tu as eu par rapport à ces produits ? Est ce qu'on pourrait s'attendre à de nouvelles créations dans ce genre ?

YM : C'est parmi les créations dont je suis le plus fier, vu le succès rencontré par ces pièces.  J'en profiter pour m'excuser auprès des gens qui n'ont pas pu se procurer ces bombers à temps. La demande a dépassé l'offre. J’ai lancé une édition limitée comprenant 80 pièces qui a été vendu en l'espace de trois mois. Je resterais dans la même optique pour la suite, je travaille sur un nouveau motif plutôt décalé

mS : Quels sont tes projets cette année ?

Yassine Morabite : 2017 sera une année productive, je l’espère. Je travaille sur ma nouvelle collection Amazigh Power. J’expose également mes créations en Angleterre et aux Pays-Bas et j'espère que cela va m'ouvrir les portes de l’international.