Drake à Wimbledon 2015, un look "papi" moqué sur Twitter

Le pull autour des épaules, un look de "papi" ?
Ecrit par

Drake a suivi Wimbledon 2015 avec grand intérêt, en témoigne sa présence lors de nombreux matchs de Serena Williams. Mais ce n’est pas le sujet d’une récente fronde contre Drake, qui s’est élevée sur Twitter contre son look "papi". En cause : son pull porté sur les épaules.

Drake est l'une des personnalités s’étant fait le plus remarquer durant la quinzaine de Wimbledon 2015. Alors que les rappeurs sont peu nombreux à peupler les gradins des tournois du Grand Chelem, Drake a carrément suivi le parcours de Serena Williams sur le gazon londonien. Autant dire que cet intérêt soudain pour le revers de l’Américaine, qui a remporté le tournoi féminin de Wimbledon 2015, a soulevé quelques questions. C'est justement lors de la finale Dames que Twitter s’est agité, lorsque Drizzy est apparu à l'écran. En cause, son pull porté autour des épaules façon années 80. Le look de Drake, qui a récemment mis un but à Drogba, a fait l'objet de nombreuses moqueries.

Drake à Wimbledon 2015, un look "papi" moqué sur Twitter
Drake à Wimbledon 2015, un look "papi" moqué sur Twitter

Tradition oblige, le blanc est de rigueur au tournoi de tennis de Wimbledon, l’un des 4 Grand Chelem de la saison, qui se conclut aujourd’hui à Londres avec la finale Federer vs Djokovic. Les joueurs sont ainsi obligés d'en porter, tandis que les spectateurs se soumettent généralement à la même contrainte. C’est celle-ci qui a poussé Drake à se libérer de son sweater beige, qu’il a donc enfilé sur les épaules. Stylé ou pas ? Twitter semble en tout cas avoir fait son choix. "Quelqu’un doit dire à Drake que le pull autour des épaules ne se fait plus depuis les années 80" ou encore "J’ai éclaté de rire quand j’ai vu Drake avec son pull noué autour de son cou. Quel forceur !". Un look de "papi" qui a malgré tout remporté quelques voix et qui ne saurait éclipser une semaine de looks très réussis pour Drake, dont la veste Apple des années 80 que tout Internet veut coûte un bras.

Source : Complex - Crédit : News Group Newspapers Ltd