Facebook et 8 médias s'attaquent aux fake news en France

Facebook s'attaque aux fake news !
Ecrit par

La guerre aux fausses infos est déclarée ! Après avoir annoncé le déploiement d'un outil anti fake news en Allemagne, c'est en France que Facebook décide de s'inviter.

Trois semaines après l'annonce de Facebook déclarant tester un outil "anti-fake news", on voit comment cela va prendre forme en France ! Le 15 janvier dernier, le réseau social annonçait avoir l'intention de déployer les premières mesures liées à cette outil "anti fake news" en Allemagne dès cette année, à l'heure où le pays va devoir affronter une période d'élection. Clairement, Facebook veut éviter de se retrouver associé aux résultats de l'élection, comme cela a pu être le cas au moment de l'élection de Donald Trump en tant que nouveau président des Etats-Unis. Le géant américain va donc travailler avec des organismes indépendants qui répondent aux codes du fact-checking de l'institut de journalisme Poynter. Les organismes signaleront ainsi à Facebook si telle ou telle news est vraie ou si elle est totalement fausse, entraînant, le cas échéant, des sanctions. Des sanctions qui n'iront pas jusqu'à la censure (contrairement à ce qui est arrivée à une oeuvre d'art jugée "trop nue" pour Facebook), mais qui afficheront plus ou moins clairement le fait que l'information partagée n'est pas complètement fiable. Et bien, qu'on se le dise désormais, on sait à quoi ressemblera cet outil en France.

Facebook et 8 médias s'attaquent aux fake news en France

Comme cela vient d'être dévoilé, Facebook s’associe à 8 médias nationaux : l’AFP, Le Monde, France Médias Monde (RFI, France 24), L’Express, Libération, 20 Minutes, BFM-TV et Franceinfo pour lutter contre les fausses informations diffusées en ligne. "Une fois le système déployé, une nouvelle fonctionnalité permettra aux utilisateurs de signaler une information qu’ils jugent fausse. Le lien de celle-ci est compilé dans un portail auquel ont accès tous ces médias : si deux d’entre eux la reconnaissent comme fausse après l’avoir vérifiée, le lien visible sur Facebook apparaît alors comme remis en cause et tout tentative de partage s’accompagne d’une alerte à ce sujet", explique le site Numerama, qui relaie l'annonce. Les 8 médias et Facebook se lancent aujourd'hui dans une expérimentation de deux mois avec un bilan qui devrait alors dire si l'aventure se poursuit ou non.

Crédit : Facebook