Facebook Messenger : Attention, un virus se propage à grande vitesse

Ecrit par

Depuis quelques heures, des experts ont remarqué que des cybercriminels se servent de Messenger pour diffuser un virus qui pourrait bien être très néfaste pour votre ordinateur. Prudence prudence donc !

Sur Facebook, en ce moment, on découvre des choses sympa...et d'autres nettement moins rassurantes. Alors que Facebook vient de lancer un Messenger spécial pour les moins de 13 ans, baptisé "Messenger Kids" et qui pourrait plaire à ton petit frère ou à ta petite sœur, on apprend aujourd'hui qu'il se passe actuellement des choses sur Messenger qui pourraient beaucoup moins plaire à ton PC ! En effet, des cybercriminels ont créé un virus qui fait des ravages en cette fin d'année 2017. Le processus de ce dernier est simple : un de vos contacts infecté vous envoie un fichier vidéo via Facebook Messenger qui, quand vous l'ouvrez, provoque l'installation d'un programme malveillant sur votre ordinateur et l'infecte. Et puisque le virus a pour ambition de se propager au plus grand nombre, il envoie ensuite la vidéo infectée à tous vos contacts, qui se retrouvent dès lors eux aussi touchés par le virus. Et ainsi de suite.

Facebook Messenger : Attention, un virus se propage à grande vitesse

Le virus repéré contient une deuxième étape, qui consiste à "miner" de la crypto-monnaie à votre insu. Kézako ? Il s'agit d'un processus complexe qui se sert de votre ordinateur pour effectuer les calculs nécessaires pour créer de la monnaie comme le bitcoin par exemple. Problème, ce processus grillera votre ordinateur car il requiert une puissance très (très) forte. Pour le moment, la direction de Facebook, qui pourrait piocher chez Snapchat pour une nouveauté, n'a pas encore communiqué. Toutefois, les experts en virus, eux, se sont déjà exprimés pour prévenir que le meilleur conseil qu'ils peuvent actuellement délivrer est celui de ne "pas ouvrir une vidéo sous forme d'un fichier zip envoyé par n'importe lequel de vos contacts sur Facebook Messenger".

Crédit : facebook