Facebook teste un outil "anti-fake news"

Facebook se lance à la chasse aux fausses infos.
Ecrit par

Facebook s'engage pour garantir que les news que vous partagez sur le réseau social sont authentiques et bien vraies. Et ça démarre en Allemagne avant d'arriver chez nous.

Vous le savez, la rédac' de meltyStyle fait de son mieux pour vous informer au quotidien. Mais tout le monde n'a pas la même intégrité que nous et c'est comme ça que des potins infondés en tout genre circulent à toute vitesse sur la toile. A ce sujet, la firme de Mark Zuckerberg a décidé de jouer les héros en se battant contre les fausses informations. Déjà, on vous en parlait le mois dernier, Facebook pourrait bientôt lancer son propre kiosque numérique à la sauce Snapchat Discover. Mais, surtout, ce qui fait l'actu du réseau social, c'est le fait que ce dernier teste actuellement un outil inédit en Allemagne, visant à supprimer toutes les fausses informations qui circulent sur sa plateforme. Mais ça veut dire quoi et ça prend quelle forme concrètement ? Réponse tout de suite.

Facebook teste un outil "anti-fake news"

C'est ce dimanche 15 janvier que Facebook a annoncé qu'il commencerait à déployer les premières mesures liées à cette outil "anti fake news" en Allemagne dès cette année. Cette annonce trouve sa place dans le fait que des élections auront lieu à la fin de l'année dans le pays d'Angela Merkel. Clairement, Facebook veut éviter de se retrouver associé aux résultats de l'élection, comme cela a pu être le cas au moment de l'élection de Donald Trump en tant que nouveau président des Etats-Unis. Nombreux sont ceux qui ont accusé la plateforme d'avoir joué un rôle important dans l'accès au pouvoir de l'homme d'affaire. Le géant américain va donc travailler avec des organismes indépendants qui répondent aux codes du fact-checking de l'institut de journalisme Poynter. Les organismes signaleront ainsi à Facebook si telle ou telle news est vraie ou si elle est totalement fausse, entraînant, le cas échéant, des sanctions. Des sanctions qui n'iront pas jusqu'à la censure (contrairement à ce qui est arrivée à une oeuvre d'art jugée "trop nue" pour Facebook), mais qui afficheront plus ou moins clairement le fait que l'information partagée n'est pas complètement fiable. Que pensez-vous de cette initiative ?

Crédit : facebook, Google Images