Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft s'engagent à lutter contre les messages racistes, homophobes et haineux sur la toile

Les géants du net s'engagent contre la violence !
Ecrit par

Love and Peace sur les réseaux sociaux, c'est ce que réclament Facebook, Twitter, Microsoft et YouTube aujourd'hui. Et ces 4 géants s'en donnent les moyens !

Cette fois, la guerre est déclarée ! Avoir la liberté d'expression sur les réseaux sociaux en tout genre, c'est sûr que c'est le pied ! Vous pouvez raconter votre quotidien, des petits moments de bonheur aux moments blasants et frustrants. N'empêche qu'on vous conseille de faire attention à ce que vous racontez sur la toile, parce que vous allez être de plus en plus fliqué par les grands acteurs d'Internet ! A l'heure où beaucoup trop de contenus violents et haineux circulent sur les réseaux sociaux au quotidien avec, pas plus tard qu'hier, le compte Twitter de Katy Perry se retrouvant piraté, affichant alors des horreurs et des messages d'amour dédiés à Taylor Swift, Twitter, Facebook, Microsoft et YouTube ont décidé de signer un "code de conduite" avec la Commission européenne. L'objectif ? Lutter contre les contenus racistes ou homophobes et tous les messages d'appel à la haine ou à la violence sur Internet. Oui, oui, tout ça !

Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft s'engagent à lutter contre les messages racistes, homophobes et haineux sur la toile

C'est mardi 31 mai que la Commission européenne a annoncé que Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft s’étaient accordés avec elle sur un "code de conduite" qui doit permettre de renforcer la lutte contre les contenus haineux (racistes, antisémites, anti-musulmans, homophobes, etc.) sur Internet. Concrètement, en tant qu'utilisateur, vous n'avez rien à changer dans votre attitude, dès lors que vous respectez déjà les conditions imposées par les 4 géants américains du web. Mais ce qu'il y a de nouveau avec cet accord, c'est qu'il prévoit de reposer sur un réseau de "rapporteurs de confiance" constitué par des associations, formées spécifiquement à ce rôle par ces 4 grands. En gros, la Licra, SOS Racisme, SOS Homophobie et tous leurs homologues étrangers sont mis à contribution pour rapporter les contenus posant problème, pour parvenir à ce que "la majorité des signalements valides puissent être examinés en moins de 24 heures". Espérons juste que ces assos sauront se montrer nuancées, pour éviter par exemple un revival de l'histoire de cette Thaïlandaise envoyée en prison pour un simple mot publié sur Facebook... Que pensez-vous de cette initiative ?

Crédit : ad week