Facebook va miser toujours plus sur la reconnaissance faciale pour assurer votre sécurité sur le réseau social

Ecrit par

Cette semaine, Facebook a présenté un nouvel outil qui devrait aider à lutter contre les problèmes d'usurpation d'identité sur le réseau social. Mais bon, c'est pas encore gagné en Europe !

Au-delà de ses nouvelles fonctionnalités plutôt fun, comme celle vous permettant de mettre en pause certains de vos amis, Facebook s'intéresse aussi à des problèmes plus sérieux tel que l'usurpation d'identité. Dans cette logique, le réseau social leader dans le monde vient d'annoncer la mise en place de nouveaux outils optionnels destinés à vous aider à lutter contre ce fléau. Concrètement, le principal nouvel outil mis en place concerne les photos sur lesquelles vous apparaissez, même sans être mentionné. Désormais, Facebook, qui a aussi récemment lancé un Messenger pour les moins de 13 ans, vous avertira lorsqu'une photo de vous sera publiée sur sa plateforme, même si vous n'êtes pas identifié dessus. De cette façon, vous aurez désormais le parfait contrôle de votre image, en sachant qui a accès à votre visage. "Nous faisons cela pour empêcher les gens de prendre la place d’autres sur Facebook en utilisant par exemple la photo de quelqu’un d’autre comme photo de profil", a expliqué le réseau social.

En revanche, sachez que Facebook continuera de respecter les paramètres de confidentialité choisis par ses utilisateurs lorsqu'ils postent une photo sur la plateforme (visible par les amis, public ou public personnalisé). En cela, si vous ne faites pas partie de l'audience potentielle du post, le réseau social ne pourra pas vous envoyer de notification à ce sujet. Autant vous dire que si des inconnus utilisent une photo sur laquelle vous apparaissez, vous ne serez pas forcément prévenu. Par ailleurs, on sait déjà que cette fonctionnalité ne sera pas disponible en Europe (au moins pendant un bon moment) puisque les techniques de reconnaissance faciale enfreignent la législation sur la protection des données qui stipule que "toute collecte de ce type doit se faire avec le consentement préalable de l’usager". Oui donc, au final, la révolution en matière de reconnaissance faciale, ce ne sera pas pour tout de suite sur Facebook...en tout cas pas pour nous, Européens.

Crédit : CC0


0 commentaire