Fast-Food : Le premier végétarien, bio et sans gluten ouvre à Toulouse

Un fast-food sans allergènes dans le centre de Toulouse!
Ecrit par

Un fast-food bio, vegan et sans allergènes pourrait ouvrir ses portes d’ici septembre dans le centre-ville de Toulouse. Une bonne nouvelle pour les fans de nourriture plus saine et naturelle !

Marie Dubois, une toulousaine de 32 ans, lance actuellement une campagne de crowdfunding pour réaliser son rêve : ouvrir un établissement spécialisé dans la restauration rapide qui ne mettra en avant que des plats faits à partir de produits bios et sans allergènes. Exit donc le lait, le gluten, les fruits à coques ou encore la viande ! L’idée ne lui est pas venu soudainement et il ne s’agit pas non plus de surfer sur une mode. En effet, ses enfants souffrent de plusieurs allergies, elle-même est vegan, elle comprend donc le calvaire quotidien des personnes qui ne peuvent consommer de pain, de pâtes et de tous ces produits devenus essentiels parfois à l’alimentation comme on la conçoit aujourd’hui. Cependant, il ne s’agit pas de se restreindre, la preuve, des marques comme Ben & Jerry’s ou Guinness proposent aujourd’hui des produits vegan, et elle assure qu’il n’y aura pas que des soupes au menu.

Les personnes concernées le savent, on peut être tout à fait créatif et ingénieux même en réalisant des plats sans viandes ou sans gluten. De plus, son fils Lucas a été l’un des déclencheurs de cette initiative. Autiste, la cuisine est l’une de ses passions et si le restaurant ouvre ses portes elle espère pouvoir lui proposer un poste en alternance. Le projet en partie financé par l’Association pour le droit à l’initiative économique, l’Adie, a également besoin du soutien du public. C’est pourquoi la créatrice de "Lucas & Marie sans-gêne" a lancé une campagne sur le site de Crowdfunding KissKiss BankBank et espère ainsi achever son rêve d’ici à la rentrée de Septembre. Un projet à saluer à une époque où la majorité du public semble vouloir manger mieux, en témoigne ce sondage qui révélait que la majorité des français souhaitaient que les menus scolaires deviennent bios et locavores.

Crédit : Flickr de Anna Verdina (Karnova)