Kanye West x adidas : Prévente au Foot Locker de Châtelet entre intervention de la police et tasers (vidéos)

Il y avait foule devant le Foot Locker de Chatelet (crédit photo : Hyconiq)
Ecrit par

Ce matin 25 mars, le Foot Locker de Châtelet mettait en vente les Yeezy 750 Boost issues de la collaboration Kanye West x adidas avec à la clé débordements et intervention de la police. Témoignages et vidéos en exclusivité pour meltyStyle

Décidément, les baskets Kanye x adidas passionnent les foules jusqu'à semer le trouble. Alors que la vente des Yeezy 750 Boost Kanye West x adidas avait été annulée à Paris chez No42 par décision du gérant de la boutique qui craignait des débordements, c'est au tour de la prévente des Yeezy à Châtelet de connaitre l'intervention de la police. Il y a deux jours, Foot Locker annonçait une nouvelle release des Yeezy au niveau mondial pour le 25 mars. Rappelons que le 28 février, seules les boutiques colette, Starcow et No42 avaient pu vendre une trentaine de paires. Un mois plus tard, cette nouvelle possibilité par Foot Locker d'acheter en France les Kanye West x adidas Yeezy 750 Boost tombait à pic pour tous les déçus qui n'avaient pas pu shopper leur paire à temps. Les règles étaient simples : premier arrivé, premier servi. Il fallait être au Foot Locker de Châtelet situé 4-6 rue Pierre Lescot dans le 1er arrondissement de Paris le 25 mars entre 9h et 10h muni d’une pièce d’identité et des informations suivantes : nom, date de naissance, adresse mail, numéro de téléphone et taille de la paire demandée.

70 paires mises en vente ?

S'il y a eu des déçus, certains ont pu avoir leur paire. Une jeune femme nous a confié qu'elle aura la chance de repartir avec sa paire dès demain, ayant pu s'inscrire sur la liste aujourd'hui. Habituellement, elle collectionne les Louboutin, mais elle s'est rendue à cette vente pour acheter une paire à son fils. Et elle est ce qu'on appelle une chanceuse puisqu'elle est arrivée ce matin peu avant 9h à la boutique : "C'est dingue, j'ai mis mon réveil à 8h". Faisaient déjà la queue des sneakers addicts, des collectionneurs, de propriétaires de shops, des Anglais venus de Londres et d'autres qui lui ont dit faire la queue depuis dimanche. Comment a t-elle réussi à se faufiler jusqu'à l'entrée ? "Les gens ont été adorables et m'ont laissée passer en disant 'laissez passer la dame'. Certains faisaient déjà la queue lors de la vente chez No42. J'ai eu de la chance, de par mon métier je sais bien parler aux gens, ça a du me servir" nous dit-elle. Selon elle, il y aurait eu 70 paires mises en vente puisqu'elle a eu le numéro 69 et que le manager de la boutique a alors signalé à son équipe de mettre la dernière paire de côté. Demain, elle est donc attendue entre 10h et 14h pour venir chercher sa paire. En cas de retard, les paires seront proposées à ceux inscrits sur liste d'attente. On peut toujours rêver... Notre témoin est reparti avec un 47,5 ; ces Yeezy resteront donc une paire de collection.

Sur Twitter, beaucoup parlent de débordements et commentent l'arrivée de la police. Notre premier témoin confirme cela et se dit "rassurée" que la police fut présente. "Certains avaient des tasers dans la foule, c'était la folie", commente-t-elle. Au moment de son entrée, une personne a même sauté pour s'immiscer dans la file devant la boutique. Des débordements et violences confirmés par un second témoin, une jeune femme qui faisait la queue depuis mardi 8h en se relayant avec un ami. "Je suis partie à 23h, laissant mon ami devant les portes du Foot Locker. Coup de téléphone à 3h : tout allait bien et ce matin vers 9h il s'est résigné à quitter les lieux, car c'était beaucoup trop dangereux, Foot Locker n'ayant rien prévu pour la sécurité" nous affirme-t-elle. En effet, selon elle, dès 6h du matin, ce mercredi, des "gangs sont arrivés à 6h délogeant ceux qui étaient là depuis des heures. Ce matin c'était à la guerre comme à la guerre, avec armes blanches, gazeuses". Notre première témoin nous a fait parvenir quelques vidéos, et, si la mauvaise qualité ne permet pas de distinguer ce qu'il se passe exactement, on devine sans mal des échanges musclés. La rédaction de meltyStyle a contacté le service presse de Foot Locker ainsi que la préfecture de police qui n'ont pas fait de commentaires pour le moment.

Crédit : Sneakerpolitics, meltystyle.fr, Hyconiq Facebook