Les incontournables du style : La barbe, un style pas rasoir !

Yoann Lemoine, créateur de WOODKID, un style au poil
Ecrit par

Glorifiée, tendance, bichonnée et après des périodes difficiles, la barbe n'a jamais autant été dans les petits papiers des hommes. Retour sur l'histoire de cet attribut pileux.

Des grecs aux hipsters, en passant par le Christ lui-même, la barbe ne quitte pas le visage des hommes. Regardez autour de vous et comptez-les, ces irréductibles imberbes à la peau lisse, ils sont peu nombreux. Accessoire pileux, tendance et aujourd'hui décomplexé, la barbe s'est longtemps vue bannie de nos visages. Entre les interdictions, les impôts sur la barbe (oui, oui) ou la mode des visages glabres, la barbe a dû sortir les griffes pour pousser peinard sur vos joues.

Les incontournables du style : La barbe, un style pas rasoir !
Vieille comme le monde

La barbe est peut-être l'incontournable du style le plus incontournable parce qu'elle se pointe sans qu'on lui ait rien demandé. Ainsi, la barbe a pris différentes significations au cours des siècles. Si les grecs en faisaient un symbole de sagesse ou de virilité, l’Égypte en a fait un symbole de pouvoir. Toutefois, quand ça ne fut pas le doge de Venise qui, en 1128, interdit le port de la barbe sous peine de piloris, c'est Pierre Le Grand, Tsar de Russie qui, au XVIIIème siècle, la condamna avec un impôt sur la barbe. Du XIIIème au XVème siècle, en France, la barbe a carrément interdiction de séjour, décision fortement appuyée par l'église qui préfère garder le privilège de la barbe aux hommes d'église. Elle sera à nouveau d'actualité quand, après les défaites des guerres d'Italie, on explique au Roi, avec une logique toute contestable, que les soldats se sont féminisés sans leur barbe. Au cours des siècles suivants, la barbe ira de grâce en disgrâce, surnommée "le pubis du visage".

Qui s'y frotte, s'y pique !

Les décennies et siècles suivants font la part belle aux moustaches toutes plus folles les unes que les autres – taillées en pointe, épaisses et longues, en forme de crocs – , aux visages glabres ou aux barbes très peu épaisses. Puis, la barbe reprend du poil de la bête et s'impose comme un symbole contestataire arboré par Karl Marx et autres Jean Jaurès. Cependant, un épisode de l'histoire fera retomber la barbe en disgrâce. Les soldats, surnommés "les poilus" durant la Première Guerre mondiale, rasent tout une fois rentrés à la maison comme pour exorciser l'enfer des tranchées. Les années 50 et 60 valorisent les visages rasés, hydratés, parfumés et after-shavés avant que d'autres mouvements contestataires s'emparent du poil. Les motards, hippies, baba-cool et autres loubards en blouson noir portent la barbe comme symbole d'une révolte envers la société et les codes établis. Les homosexuels américains, à leur tour, font de la pilosité un des codes de leur communauté : le combo crâne rasé et barbe fournie truste alors le haut de l'esthétique homosexuelle.

Les incontournables du style : La barbe, un style pas rasoir !
Barbu sinon rien

La barbe a longtemps été un attribut masculin codifié. Cependant, depuis son retour au début des années 2000, après la grosse tendance métrosexuelle des corps imberbes, la barbe n'a eu de cesse de s'imposer. Le 3ème millénaire a reconnecté les hommes avec une expression plus naturelle de leur pilosité et de leur virilité. La barbe de trois jours est ainsi devenue la nouvelle norme, au point de bouleverser beaucoup de codes établis. Les entreprises se sont mises à accepter la pilosité de ses employés et Disneyland a même autorisé le port de la moustache et de la barbe, interdites jusqu'alors. Débarrassée de toutes ses connotations religieuses et autres superstitions, la barbe peut pousser en paix sur les visages des hommes. Désormais, la barbe de trois jours ne suffit plus et les barbes épaisses et fournies poussent un peu partout.

N'y voyez pas des joues en jachère : les hommes prennent de plus en plus de temps pour entretenir ces buissons de poils. La tendance a pris une telle ampleur que les professionnels des tondeuses et autres rasoirs déploreraient une baisse de leur vente de 10% quand les barbiers, eux, se frottent les mains du retour en force de la barbe de trois jours... ou trois mois.

Les incontournables du style : La barbe, un style pas rasoir !

Hipster ou autres, tous veulent la leur. Qu'on la maintienne courte ou qu'on lui laisse tout le loisir de pousser, la barbe est plus que jamais l'attribut de 2013 : plus mec, tu meurs ! Fierté virile comme une autre, les plus fétichistes jouent même à qui a la plus grosse ! Que pensez-vous du retour en force de la barbe ? Quel poilu êtes-vous ?

Les incontournables du style : La barbe, un style pas rasoir ! - photo
Les incontournables du style : La barbe, un style pas rasoir ! - photo
Les incontournables du style : La barbe, un style pas rasoir ! - photo
Les incontournables du style : La barbe, un style pas rasoir ! - photo
Les incontournables du style : La barbe, un style pas rasoir ! - photo
Crédit : DR, X

3 commentaires
  • combien de barbus pour des credits fifa creditsfifa16.fr ? j'ai pas capté la vidéo sur ultimate Team avec les credits
  • C'est super intéressant de voir l'évolution de la barbe à travers les époques ! Merci meltyStyle !
  • sympa ce nouvel article. moi, perso, je porte la barbe de temps en temps pour changer de style