McDonald's : Après le ticket de caisse il se fait tatouer la facture de son premier tattoo, double WTF

Les deux oeuvres d'art de Stian Ytterdahl
Ecrit par

Le jeune Stian Ytterdahl nous avait déjà bien fait rigoler en se faisant tatouer son ticket de caisse McDonald’s sur le bras. Maintenant, cet adolescent norvégien repart pour un nouveau tatouage tout aussi original : la facture de son premier tatoo sur l’autre bras.

Soit tous les norvégiens sont intrépides soit Stian Ytterdahl est le seul à oser les pires tatouages. Cet adolescent de 18 ans a décidé de ne pas se contenter de son premier tatouage et de remettre le couvert avec une seconde oeuvre d’art sur son autre bras. En effet, ce jeune norvégien s’était déjà fait tatouer une addition McDonald’s sur le bras il y a quelques jours. Il s’agissait d’une punition de la part de ses potes à force de trop courir après les filles (nous non, on a toujours pas compris le rapport). Le salon de tatouage, suite au buzz, a donc décidé de lui offrir gratuitement un second tatouage. Ainsi, Stian Ytterdahl, plus téméraire tu meurs, s'est fait tatouer la facture de son premier tatouage.

McDonald's : Après le ticket de caisse il se fait tatouer la facture de son premier tattoo, double WTF
McDonald's : Après le ticket de caisse il se fait tatouer la facture de son premier tattoo, double WTF

Ce mec est donc retourné dans le salon de tatouage Sabelink Tattoo suite à leur proposition de lui faire un tatouage gratuitement. Sur la photo de sa nouvelle pièce, vous distinguez clairement le prix de 2000 couronnes norvégiennes, ce qui équivaut à 243 euros. La rédac’ vous avait déjà présenté les photos de mariages russe les plus WTF, maintenant c’est au tour de Stian Ytterdahl de recevoir un double WTF pour ses tatouages. Quel sera son prochain tatouage pour la suite ? Le nom de ses tatoueurs ? Ou le nom de son hamburger préféré ?

Plus d'actu sur TatouagesLes tattoos de la rédac' #7 : Lucas et sa vingtaine de tatouages#MCM : Tin-tin, fondateur du Mondial du Tatouage, un self-made man

Source : Facebook de Stian Ytterdahl - Crédit : Facebook de Stian Ytterdahl