#MCM : Tin-tin, fondateur du Mondial du Tatouage, un self-made man

Ecrit par

Le tatoueur des stars et fondateur du Mondial du Tatouage, Tin-tin, a créé son empire à partir de rien. La rédac’ a décidé d’honorer ce self-made man dans son traditionnel Man Crush Monday. La rédac’ vous en dit plus sur la prestigieuse carrière de Tin-tin.

Le tatoueur Tin-tin n’a pas bâti son empire en une seule journée. La rédac’ souhaite honorer cette grande figure du tatouage avec son Man Crush Monday. Tin-tin a construit son avenir à partir de rien et pratiquement seul. Après avoir vu plusieurs de ses amis se faire tatouer, Tin-tin s’est intéressé de plus près à cet art ancestral. A l’âge de 18 ans, Tin-tin commença de percer dans le monde du tatouage avec plusieurs de ses dessins. Pour que les tatoueurs du monde entier voient leur travail reconnu, Tin-tin créa le Mondial du tatouage avec une première édition en 1999, une seconde en 2000, puis une troisième en 2013. Dans le cadre de cette quatrième édition du Mondial du tatouage 2014, la rédac’ a justement interviewé le tatoueur des stars Tin-tin pour qu'il nous en dise plus sur son travail. Sa passion ne semble avoir aucune limite.

#MCM : Tin-tin, fondateur du Mondial du Tatouage, un self-made man

Tin-tin ne s’est pas contenté de créer le salon du Mondial du tatouage. Ce self-made man a aussi fondé en 2003 le syndicat national des artistes tatoueurs (SNAT) pour défendre et regrouper les tatoueurs français. Quand le tatouage en couleur était menacé, le tatoueur Tin-tin s’est investi comme jamais pour abolir ce projet de loi. Ainsi le tatouage en couleur ne sera définitivement pas interdit pour cette année 2014. Tin-tin s’est aussi occupé de plusieurs stars telles que Florent Pagny, Zaz ou encore John Galliano. Après que la rédac’ se soit rendue au Mondial du Tatouage 2014, elle vous dévoile les exploits du tatoueur Tin-tin. Ce self-made man est aujourd'hui devenu le tatoueur préféré des stars grâce à sa passion pour les tatouages.

Plus d'actu sur Man Crush MondayTatouages en couleurs : Les encres interdites, doit-on en avoir peur ?