Millinsky : "NasaSeasons est un mix entre Givenchy et Supreme"

Millinsky a habillé les plus grandes stars
Ecrit par

Il a co-créé la marque NasaSeasons, il a habillé Rihanna, Tyga et Wiz Khalifa. Ses créations ont l'esprit streetwear de Supreme et se vendent dans les meilleurs retailers de la planète. Lui c'est Alexandre Daillance aka Millinsky. Entretien.

Alexandre Daillance alias Millinsky est le français qui fait le plus de bruit aux Etats-Unis. Avec sa marque NasaSeasons, le jeune designer a habillé les plus grands. Rihanna, Wiz Khalifa, Tyga, Keith Ape, Ian connor, Theophilus London et Trinidad James ont tous été aperçus avec une casquette NasaSeasons vissée sur la tête. Mais si son nom ne vous dit pas grand chose, vous allez sans doute reconnaître les créations de ce garçon bourré de talent. Originaire de Paris, Millinsky vit à New-York où il a lancé, il y a deux ans, la marque NasaSeasons, en parallèle de ses études. Et depuis, la marque ne cesse de gagner en popularité. Désormais, NasaSeasons n'a rien à envier à Givenchy puisqu'elle se vend dans les meilleurs concepts stores de la planète. Mais l'essentiel pour la marque co-créée par Millinsky est de préserver une identité streetwear, un peu comme Supreme. Et au vu du succès de NasaSeasons, le designer français, âgé de seulement 19 ans, a établi des connexions avec Kanye West ou encore, Virgile Abloh. Tu as hâte d'en savoir plus ? Et bah la rédac' de meltyStyle est partie à la rencontre de Millinsky. Interview d'une vraie star en herbe.

meltyStyle : Tu es le co-fondateur de NasaSeasons. Peux-tu nous en parler ?

Millinsky : Oui en effet. J'ai co-créé NasaSeasons avec des amis, il y a deux ans. On était dans le même lycée et on a ensuite dérivé vers le streetwear ! On est 5 dans l'équipe.

Millinsky : Comme Givenchy, NasaSeasons est vendu dans les meilleurs retailers au monde (par exemple Colette, United Arrows, Lane Crawford & autres). Mes casquettes sont assez chères, 70$ pour certains modèles mais, en même temps, j'essaie de préserver une image "streetwear" comme Supreme.

mS : NasaSeasons fait que des casquettes du coup ? D'où t'es venu l'idée des slogans sur les casquettes ?

M : Oui, pour l'instant. J'ai prévu de présenter autre chose que des casquettes en Juin mais en effet, NasaSeasons est, pour le moment, une marque de casquettes ! En ce qui concerne les slogans, je trouvais que c’était une bonne idée parce que, c'est super sobre et en trouvant une phrase accrocheuse un peu décalée, les gens pouvaient bien aimer.

mS : Tu es originaire de Paris. Est-ce que la culture parisienne a influencé plus ou moins tes créations ?

Millinsky : Au début, pas du tout ! Maintenant, beaucoup plus. Paris est nulle pour le streetwear, les gens qui aiment ça sont, plus ou moins, cachés et il n'y a pas vraiment de culture de la mode urbaine. Par contre, New-York m'a beaucoup inspiré. Mais je souhaite profiter du fait d'être parisien pour faire, quand même, des créations inspirées de Paris !

mS : En tant que jeune français, est-ce que c'est difficile de se faire une place dans le milieu de la mode aux States ?

M : Oui et non ! Oui car je n'ai pas la même culture que tout le monde et par exemple, dans le streetwear, tout le monde aux US connait l'histoire de Supreme, Stussy et autres... Moi je n'y connais rien. C'est dur de savoir comment faire évoluer le streetwear quand on ne connait pas son histoire (rires).Et non ce n'est pas difficile vu que je suis français, les gens (magazines/stars/magasins) trouvent ça ouf que j'essaie de me faire une place dans le "game" lol.

mS : Tu as réussi à séduire et habiller de grands noms comme Rihanna, Tyga ou encore Wiz Khalifa. Comment as-tu fais ?

M : Moi je n'ai rien fait à part concevoir la casquette ! Rihanna du l'acheter dans un magasin où je les vends ! Et par la succès, le bouche à oreille a fait son effet.

mS : Tu as travaillé avec Ian Connor. Comment s'est faite votre connexion et est-ce que tu prévois de collaborer avec lui sur d'autres collections ?

M : Des amis de la marque Marché Noir nous ont mis en contact, en 2014. C'était cool de bosser avec Ian. Il avait 5h de retard sur le planning mais apparemment, c'était pas mal pour lui lol. C'est possible qu'on retravaille ensemble dans le futur mais pour l'instant, rien n'est prévu.

mS : Tu as réussi à rentrer en contact avec Kanye West et Virgile Abloh. Comment s'est faite cette rencontre ? Et qu'est que t'inspires ces deux designers ?

M : À travers Theophilus qui me supporte beaucoup ! Il m'avait invité à la "Listening party" de Vibes chez Kanye à Paris. Et oui je m'inspire un peu de Kanye car j'aime bien ces pulls oversize YEEZY. Je vais bientôt adopter ce genre de look .

mS : Quels sont les artistes que tu aimerais voir porter ta collection ?

M : KID CUDI et Pharrell.

mS : C'est quoi ton look préféré ? Tu as des codes vestimentaires ?

M : Je suis fan des pièces de la marque Vetements ! J'adore aussi tous les vêtements Supreme même si ça ne me va pas trop. Sinon plus "classe" et "classique" avec Haider Ackermann.

mS : Sur Instagram, je vois que tu chausses souvent des Yeezy Boost. Qu'est ce que tu penses de cette sneaker ?

M : Elle est top ! Je mets ça pour courir, marcher et bosser haha. J'adore la Yeezy Boost black pirate 350.

mS : Est-ce que tu regrettes le fait de ne pas avoir une grosse médiatisation en France ? Et est-ce qu'il y a un artiste français que tu aimerais habiller ?

M : Haha oui un peu... Très peu de gens me connaissent en France par rapport aux US mais c'est parce que les jeunes en France ne sont pas trop dans ce délire. C'est pas grave ça viendra avec le temps. Et les magazines aussi vont commencer à parler des jeunes... On est le futur. Et oui, ça me ferait kiffer de voir La Flame française, Nekfeu, avec mes casquettes !

mS : Qu'est-ce que tu nous réserves pour cette année 2016 ? Et quels sont tes objectifs sur court et moyen terme ?

M : Des nouvelles casquettes, des nouvelles matières, d'autres produits tels que des vestes... Et surement d'autres projets en parallèle mais malheureusement, je ne peux pas encore en parler.

Source : meltyStyle - Crédit : Millinsky, vogue.com, Twitter Millinsky