Nadal, Federer, Murray, Tsonga, Djokovic... Pourquoi ils ne sont pas de cette planète (en 5 leçons)

Roger s'en sort toujours
Ecrit par

En ce début de seconde semaine de Roland Garros, seuls les meilleurs joueurs peuvent espérer se diriger vers les demi-finales du tournoi. Retour sur les plus beaux coups de Nadal, Tsonga, Murray, Djokovic et Federer.

Samedi 30 mai, Rafael Nadal mettait fin à un suspens de plus de 10 ans en déclarant ne pas être un extra-terrestre. À le voir évoluer sur terre battue, tous les commentateurs en doutaient et on les comprend. Mais le Majorquin n'est pas le seul à sortir des coups d'un autre monde. Federer, Murray, Tsonga, ou Djokovic ont également laissé les spectateurs et téléspectateurs bouche bée par le passé, sur différentes surfaces. Alors oui, Rafael Nadal sait nous surprendre par ses looks parfois osés, Federer est sur la fin, Djokovic ne sait plus apprécier une pizza avec gluten, Murray a souvent échoué en finale et le français a toujours un palmarès de français. Mais comme le diable, le génie est souvent dans les détails. meltyStyle vous explique en cinq points pourquoi ces joueurs ne sont pas de notre planète.

Murray - À l'usure

En 2012, Murray est déjà l'une des valeurs sûres du circuit ATP. Face à Djokovic en finale de l'US Open, il espère enfin remporter son premier tournoi du Grand Chelem. Ce point représente tout ce que l'on peut trouver de hargne chez un sportif de haut niveau. Au terme d'un échange où il fait faire l'essuie-glaces au Serbe, ce dernier finit par s'écrouler. Une leçon de persévérance. Pour la première fois, Murray était sur le toit du monde.

Nadal - De nulle part

Face à son compatriote Fernando Verdasco, Rafa sait que cette demi-finale d'Open d'Australie 2009 va être compliquée. Mais chez l'Espagnol, l'énorme bras gauche ne sert pas qu'à envoyer des pains. C'est également une arme redoutable pour l'un des meilleurs défenseurs du monde. Verdasco domine tout l'échange, jusqu'à cette brillante amortie qui aurait envoyé n'importe quel joueur manger le béton. Mais pas Rafa. Bien au contraire.

Federer - Du calme mon petit

Djoko - Federer, la finale idéale pour cet US Open 2009. Sauf que ce n'était que la demi-finale. Et durant tout le match, le Suisse a montré au jeune Serbe qui était le taulier. L'apogée du match, ce point où Djokovic pense bien avoir réussi à lober Roger. C'était sans compter sur un passing croisé entre les jambes. Le genre de points que l'on réussit trois fois dans sa vie. Écoeuré, Djokovic - qui perdra le match au point suivant - ne peut s'empêcher de sourire de dépit. On le comprend.

Tsonga - Bam, Bam, Bam, Bam, Bam

Tsonga sert pour le premier set en cette demi-finale du tournoi de Marseille (2009, année décidément prolifique). Sauf qu'il se retrouve rapidement mené 0-40 face à Novak Djokovic. Le serbe étant accessoirement meilleur relanceur au monde, le jeu s'annonce compliqué. Mais il ne faut pas énerver notre Jo. Cinq services, cinq coups gagnants, tous à plus de 200 km/h. Où comment comprendre en quoi le service est peut-être la clef pour envoyer Tsonga en finale de Roland Garros 2015 à qui on a fait lire des tweets piquants.

Djokovic - Bam

Comme nous vous l'expliquions, Djokovic est certainement le meilleur relanceur au monde. Cinq ans après la petite humiliation de Marseille, Tsonga sert pour sauver sa peau dans ce 1/8ème de finale de Wimbledon 2014. Il pense peut-être réitérer son exploit. Mais Novak lui balance l'un des plus beaux retours de l'histoire du tennis. Après une vérification vidéo, Djoko officialise son exploit. D'ailleurs, il remportera le tournoi. Merci Gerblé.

Bonus - Le jour le plus long

Comme cela arrive régulièrement, Djokovic et Nadal se retrouvent. Cette fois, on est en finale de l'US Open 2013 et l'échange durera 54 coups. L'un des points les plus mythiques de l'histoire du tournoi. Pour ceux qui ne l'ont jamais vu, no spoilers.

Source : YouTube (Wimbledon, WORLDMEDIANEWZ, Klarote, Achilleas Antoniou, Hafiz Kashif, MediaOneHD) - Crédit : CC, mirsasha