Taylor Swift vs Apple : Elle raconte les coulisses de sa lettre qui a fait tout changer

Taylor Swift pour Vanity Fair
Ecrit par

Taylor Swift raconte les coulisses de la lettre écrite à Apple et qui a fait changer le service de streaming musicale de la pomme. Note de bas de page : elle l’a lu à sa mère à 4h du matin.

C’était le 21 juin dernier, jour de la fête de la musique en France, Taylor Swift publiait sur son Tumblr une lettre ouverte à Apple. Mécontente des conditions réservées aux artistes sur la nouvelle plateforme musicale de la firme de Cupertino, l’artiste américaine avait explicité son point de vue dans un long billet intitulé "To Apple, Love Taylor". Elle mettait en lumière certains défauts dans l’offre de la pomme : "Je suis sure que vous êtes au courant qu’Apple Music offrira un essai de trois mois gratuits à tous ceux qui s’inscrivent à ce service. Mais je ne pense pas que vous sachiez qu’Apple Music ne rémunèrera pas les artistes durant cette période". La lettre avait été reprise par de nombreux médias et Apple avait répondu en faveur de Taylor Swift. Un acte de franchise qui a même poussé le Time à écrire un article titré ainsi : "Comment Taylor Swift a sauvé Apple Music".

Taylor Swift vs Apple : Elle raconte les coulisses de sa lettre qui a fait tout changer

Dans une interview pour l’édition de septembre de Vanity Fair, la chanteuse revient sur les coulisses de cette missive 2.0 : "J’ai écrit cette lettre a environ 4h du matin. Le contrat (d’Apple Music, ndlr) venait juste d’être envoyé à des amis à moi et l’un d’entre eux m’a envoyé une capture écran de celui-ci. J’ai lu les termes « 0% de compensation pour les droits d’auteur ». Parfois je me réveille la nuit et j’écris une chanson et je ne peux pas me rendormir tant que je n’ai pas fini." confie-t-elle au magazine. "Je l’ai lu à ma mère (…) J’avais très peur de cette lettre mais je devais l’écrire. Je n’allais peut-être pas la poster mais je devais le dire.". Taylor Swift, qui figure parmi les couples les plus riches avec son boyfriend Calvin Harris, a donc eu raison de se lever en pleine nuit.

Source : Vanity Fair - Crédit : Vanity Fair US