WWE à Paris : Je ne peux pas ce soir j'ai catch avec Poutine, un nain déguisé en taureau et un breton

De combats à quatre
Ecrit par

Paris Bercy s’est transformé le temps d’une soirée en véritable temple du catch. La WWE (World Wresling Entertainment) prenait ses quartiers dans la capitale. Retour sur une soirée où nous avons croisé Poutine, un breton et John Cena.

Dans la salle, les hommes en costumes cravates se mélangent aux bambins flanqués de leur tee shirt à l’effigie de John Cena, véritable star attendue de la soirée. La machinerie américaine de la WWE est venue tendre ses cordes en plein Paris Bercy un soir de semaine et si on s'était dit que la salle sera surement à moitié vide en ce mercredi soir, on s’est bien mis notre short de catch dans l’œil. Les tribunes remplies hurlent à chaque entrée des catcheurs. La salle connait par cœur le nom des bons et des méchants. Le petit garçon derrière nous, qui tient sa réplique de ceinture de champion fermement, enchaîne son père : "Put** papa pourquoi tu filmes que 30 secondes du combat à chaque fois ! Filme plus longtemps !". Les cravates sont bien nouées mais les langues se délient et reprennent en cœur le comptage de l’arbitre à chaque homme à terre. "One, two, ohhhh". Un refrain entêtant ponctué de "We The People" scandé par Jack Swagger.

WWE à Paris : Je ne peux pas ce soir j'ai catch avec Poutine, un nain déguisé en taureau et un breton

La jeune femme d'une trentaine d'année devant nous hurle dans les oreilles de ses amis à chaque mauvaise décision de l'arbitre. "Regarde papa y a Mark Henry !". Un colosse se tient dans le noir et le petit garçon assis derrière, est bien plus vif que nous. Face au gradin on aperçoit un drapeau breton. Parce que oui, il y a toujours un breton quelque part. Breizh Power. A peine le temps de se rappeler l’odeur du Kouign-amann que deux matadors agitent leurs capes roses. Un mini personnage déguisé en taureau déboule sur la scène, grimpe sur les cordes et met la fessée à un nain au pantalon rayé. La phrase ci-avant a été écrite sans avoir ingurgité de champignons hallucinogènes.

WWE à Paris : Je ne peux pas ce soir j'ai catch avec Poutine, un nain déguisé en taureau et un breton - photo
WWE à Paris : Je ne peux pas ce soir j'ai catch avec Poutine, un nain déguisé en taureau et un breton - photo
WWE à Paris : Je ne peux pas ce soir j'ai catch avec Poutine, un nain déguisé en taureau et un breton - photo
WWE à Paris : Je ne peux pas ce soir j'ai catch avec Poutine, un nain déguisé en taureau et un breton - photo
WWE à Paris : Je ne peux pas ce soir j'ai catch avec Poutine, un nain déguisé en taureau et un breton - photo

Un homme, drapeau de la Russie à la main, qui répond au pseudo de Rusev, grimpe sur le ring sous les huées, tandis que le portrait de Vladimir Poutine défile sur les écrans géants. Un peu plus tard c’est John Cena, qui vient faire vomir ses muscles sur le ring. Il attrape une table (les déménageurs Bretons approuvent) et à bout de force jette son adversaire sur le mobilier qui se fend en deux. La foule hurle, la présentatrice lance des "thanks you, I love you", on se dit que IKEA aurait dû être partenaires et on repart avec notre petit bout d’Amérique dans le fond du seau à popcorn.

Crédit : Hanadi Mostefa, meltyStyle